L'Étoile du Nord

S’abonner

Menaces de déportation contre des étudiants internationaux

Des étudiants manifestent 24/7 devant les bureaux de l’immigration

Temps de lecture:4 Minute

Abonnez-vous à notre infolettre:

Le 29 mai dernier, plus de 200 personnes ont participé à une manifestation de dernière minute devant les bureaux de l'Agence des Services Frontalier du Canada situés au 6900 Airport Road à Mississauga, en Ontario. Depuis, des groupes d'étudiants internationaux manifestent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour dénoncer la possible déportation de centaines de leurs pairs dans les mois à venir. La première pourrait avoir lieu dès le 13 juin.

La source du problème réside dans de fausses lettres d'acceptation scolaire vendues à des étudiants pensant recevoir des papiers officiels et produites par des entreprises privées de Jalandhar, au Pendjab (Inde), spécialisées dans l'octroi de visas. Après que 100 d'entre eux aient soumis des demandes de résidence permanente, le gouvernement a découvert qu'il les avait approuvées sur de fausses bases et menace à présent de les expulser. Les étudiants et leurs familles ont payé des frais élevés aux services d'admission pour préparer les nombreux documents nécessaires à la demande de visa canadien—une activité lucrative pour ces services frauduleux en Inde.

Jusqu'à 700 étudiants susceptibles de se trouver dans cette situation sont arrivés au Canada pour commencer leurs études entre 2017 et 2020. Nombre d'entre eux ont depuis obtenu leur diplôme, plusieurs étudiant le génie mécanique, chimique et informatique, et travaillent maintenant à temps plein au Canada, cherchant à se construire un avenir ici.

Les étudiants internationaux paient des frais de scolarité exorbitants, jusqu'à trois fois plus élevés que les étudiants nationaux.  "Chaque étudiant a investi cinq ans et 50 000 à 60 000 dollars ici, c'est une injustice," déclare Lovepreet à l'Étoile du Nord.  Diplômé en ingénierie mécanique, Lovepreet est déjà au Canada depuis cinq ans, mais c'est maintenant le deuxième étudiant qui risque d'être expulsé le 13 juin 2023.

Les agents indiens ont été poursuivis pour fraude, mais l'avenir des étudiants au Canada reste incertain.  Lovepreet explique : "Nous ne sommes pas un fardeau pour le Canada, nous sommes des personnes qualifiées qui contribuent à l'économie, mais nous avons besoin de droits. S'il vous plaît, ne nous faites pas ça."

Le taux d'emploi n'ayant presque jamais été aussi élevé dans le pays, les étudiants étrangers occupent des postes qui, autrement, seraient restés vacants. L'année dernière, ce sont les professions de la vente et des services qui comptaient le plus grand nombre de postes à pourvoir (339 515), suivies par les métiers, les transports et les opérateurs d'équipement (180 335). En octobre 2022, le gouvernement fédéral a levé pour deux ans leur limite de 20 heures de travail par semaine. Les 807 750 étudiants étrangers présents dans le pays contribuent aujourd'hui à produire des biens et à servir des clients dans chaque province et territoire.

"Au début, je pensais que j'étais la seule à être confrontée à cette situation, et c'était extrêmement difficile, mais je suis très heureuse maintenant", explique Dimple à l'Étoile du Nord, citant le développement de la solidarité entre les étudiants internationaux et la communauté à travers les protestations des cinq ou six derniers mois.

Inspirés par les grandes manifestations d'agriculteurs en Inde, les étudiants internationaux expliquent à l'Étoile du Nord qu'ils manifestent jour et nuit devant les bureaux de l'immigration jusqu'à ce que leurs cas soient résolus. "Personne ne veut manifester. Tous ces gens travaillent très dur", explique Lovepreet à l'Étoile du Nord. "Mais que pouvons-nous faire d'autre? Nous sommes allés voir les députés. Nous n'avons pas d'autres options."

Depuis plusieurs mois, les étudiants s'organisent contre les déportations en contactant les députés et en dépensant des milliers de dollars en avocats. Le ministre canadien de l'immigration, Sean Fraser, a déclaré que les victimes de la fraude ne seraient pas pénalisées, mais les déportations continuent néanmoins d'être programmées. Malgré l'espoir initial, les étudiants rapportent que les députés et les avocats disent maintenant qu'ils ne peuvent pas les aider.

Karamjeet Kaur, basée à Edmonton et mariée à un Canadien, a obtenu une prolongation de son ordre d'expulsion sur la base d'une décision de justice selon laquelle elle ne pouvait pas être au courant de la fraude. Cependant, un autre étudiant explique: "J'attends la décision, mais tous ceux que je connais qui l'ont déjà obtenue ont eu des résultats négatifs, alors je n'ai pas beaucoup d'espoir qu'ils rendent une décision positive dans mon cas." Elles ajoutent que ce processus de passage un par un devant le tribunal est frustrant et punitif.

Dimple raconte à l'Étoile du Nord la raison ayant conduit à la manifestation. "Nous sommes allés voir tous les députés, personnellement, nous leur faisions confiance pour résoudre notre problème, mais ils ont dit qu'il n'y avait pas de solution et c'est donc la dernière étape que nous pouvons faire maintenant." Le 13 juin approchant à grands pas, le soutien de la communauté devrait être encore plus important le jour de l'expulsion prévue. De plus en plus de dirigeants du gouvernement et de l'opposition demandent à M. Trudeau d'annuler purement et simplement les mesures d'expulsion.

Soutenez le journalisme à contre-courant ← Pour aider l'Étoile du Nord à continuer à produire des articles du point de vue de la majorité et dans l'intérêt de la majorité, faites un don! Chaque contribution est précieuse.