L'Étoile du Nord

S’abonner

Du cannabis livré en 90 minutes

Pour contrer le marché noir, vraiment?

Temps de lecture:2 Minute

Abonnez-vous à notre infolettre:

Au courant de 2021 et 2022, la Société québécoise du cannabis (SQDC) a lancé comme projet pilote un service de livraison de cannabis en 90 minutes dans quelques régions du Québec. Selon les bureaucrates de la société d'État, c'est pour "migrer les consommateurs du marché noir vers le marché légal du cannabis." Vraiment?

Dans quelles régions du Québec d'ailleurs? Parce que souvenez-vous qu'il y a 22 succursales de la SQDC en grève depuis plus de huit mois. Dans son entrevue avec l'Étoile du Nord, Lucas Gizard, employé de la SQDC, disait que "quand on regarde tout ça, c'est dans les régions qui sont en grève où ils essaient d'insérer cette livraison en 90 minutes."

Pas très étonnant, je dois dire. Si vous avez devant vous des paysans qui font chier – vous comprendrez le sarcasme, j'espère – quoi de mieux que de les contourner et de les ignorer! En utilisant ce service de livraison, ils réussissent à conserver leurs clients, tout en s'arrangeant pour que les travailleurs n'obtiennent pas leur demande – ma foi, raisonnable – d'obtenir un salaire de 21$ de l'heure.

C'est, d'une certaine façon, ce qu'on pourrait qualifier de briseurs de grève déguisés. Des briseurs de grève – ou des scabs – ce sont des gens que les boss engagent pour remplacer les travailleurs en grève, en gros pour les mettre à la porte et éviter de répondre à leurs demandes. Au Québec, c'est en 1977 qu'on a adopté une loi pour empêcher ça, après que des travailleurs aient littéralement eu à se battre pour que les grèves puissent fonctionner!

Dans l'article récent "La détermination qui donne espoir de victoire", Lucas Gizard disait aussi qu'on "est en train de se faire ronger, depuis les 20 dernières années, les libertés qu'on avait acquises dans la lutte, dans le sang, dans les flammes." C'est de ça dont je parle. Le gouvernement ne respecte même pas ses propres lois!

Et ce n'est pas vraiment comme si la livraison en 90 minutes fonctionnait si bien. M. Gizard a expliqué que de nombreux problèmes et retard ont été rapportés. Donc, d'un côté, on ne donne pas un meilleur salaire aux travailleurs et travailleuses qui veulent juste nourrir leur famille avec l'inflation extrême qu'ils se prennent en plein visage, et de l'autre, on offre un service déficient qui pousse simplement les gens vers le marché noir.

Ça profite aux plus grands exploiteurs de l'économie illégale, le crime organisé, qui prend probablement avec grand plaisir cette belle opportunité. Ça profite aux gros monopoles privés, qui se font tacitement dire par le gouvernement que c'est correct d'utiliser des briseurs de grève, que c'est correct de ne pas respecter les travailleurs qui produisent ou vendent. On peut dire merci à M. François Legault!

Soutenez le journalisme à contre-courant ← Pour aider l'Étoile du Nord à continuer à produire des articles du point de vue de la majorité et dans l'intérêt de la majorité, faites un don! Chaque contribution est précieuse.